Jean Pierre Pichette reçoit un doctorat honorifique de l’Université de Sudbury

L’honorable Gérald Michel, chancelier de l’Université de Sudbury, Jean-Pierre Pichette et Pierre Zundel, recteur de l’Université de Sudbury

L’honorable Gérald Michel, chancelier de l’Université de Sudbury, Jean-Pierre Pichette et Pierre Zundel, recteur de l’Université de Sudbury

Dans le cadre des célébrations de son centenaire – celui de la fondation du collège du Sacré-Cœur, en 1913, qui allait devenir université en 1957 –, l’Université de Sudbury a voulu reconnaître la contribution de Jean-Pierre Pichette le 20 mars 2014 pour le rôle important qu’il a joué au cours des vingt-quatre années passées au sein de cette institution, de 1981 à 2004, et lui a octroyé un doctorat honoris causa en lettres sacrées. Marcel Bénéteau a prononcé l’éloge de son collègue.

Jean-Pierre Pichette et Marcel Bénéteau

Jean-Pierre Pichette et Marcel Bénéteau

En réponse à cette présentation, Jean-Pierre Pichette a livré une allocution intitulée « Une mission inachevée » où il a relevé les anniversaires de l’année 2014, évoquant les Marius Barbeau, Luc Lacourcière et Germain Lemieux en ethnologie, et le projet d’université française en Ontario. Ses collègues de l’Association canadienne d’ethnologie et de folklore lui ont décerné la médaille Marius-Barbeau en mai 2013.

Yves Frenette est titulaire d’une Chaire de recherche du Canada

Yves Frenette

Yves Frenette

Le 20 mars dernier avait lieu à l’Université de Saint-Boniface l’inauguration de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones. Le titulaire, Yves Frenette, en a présenté les objectifs et le programme. Cette présentation fut suivie par la Première conférence annuelle Robert-Painchaud, ainsi nommée pour honorer la mémoire de cet historien franco-manitobain qui fut le premier à étudier scientifiquement le peuplement francophone des Prairies et qui décéda accidentellement en 1977 à l’âge de 36 ans. Le professeur Luca Codignola, de l’Université de Gênes, présenta une conférence intitulée Rome et les débuts de Saint-Boniface (1818-1836). Réunissant une cinquantaine de personnes, les deux activités furent très prisées.